L’invasion des mouches des fruits

Les mouches des fruits ou mouches fruitières

La mouche des fruits

De nombreuses invasions par les mouches des fruits ont pu être observés à travers le monde, mais c’est en Europe et plus particulièrement en France que son invasion est devenue problématique. De par sa position géographique et de ses importations de produits agricoles depuis les pays voisins (comme l’Espagne, l’Italie…), la France possède un environnement propice au développement des mouches des fruits.

Piège à mouche du cerisier

Les stratégies pour se débarrasser des mouches fruitières

Afin de déterminer les stratégies nécessaires permettant de diminuer les populations de ces espèces de mouches, il est indispensable d’établir l’état des lieux sur l’écologie et la distribution des espèces présentes. En premier temps, les objectifs sont d’inventorier les espèces présentes en Europe et d’analyser les fluctuations saisonnières des populations de mouche des fruits.  Il faudra ensuite déterminer quelles sont les plantes qui permettent la nidification des principales espèces et différencier les espèces nuisibles des espèces naturelles. Pour remplir ces objectifs, il est important de mettre en place un suivi hebdomadaire d’un réseau de piégeage des mouches fruitières et de collecter des échantillons de fruits cultivés et sauvages dans différentes régions de France.

Des pièges à mouches des fruits pour diminuer son invasion

Depuis 1980, la mouche des fruits s’étend dans tout l’Europe avec une population qui varie au gré des saisons fruitières et son éradication totale semble impossible à réaliser. Il est par contre possible de freiner considérablement sa prolifération en installant des pièges dans tous les vergers, surtout à proximité des arbres fruitiers. La destruction par le feu de tous les fruits infectés est également indispensable.
Les entomologistes spécialistes des mouches des fruits ont relancé les campagnes de pose de pièges sur tout le territoire. Il est ainsi possible de limiter la prolifération de ces nuisibles en les piégeant dans ces récipients qui seront accrochés aux arbres, grâce à des phéromones contenus dans des appâts à mouches spécifiques.

Le principe est simple, les phéromones contenus dans le piège à mouche des fruits attirent les mouches qui se retrouvent alors prises au piège à l’intérieur. Les produits contenus dans ces pièges ne se trouvent que rarement dans les commerces, mais peuvent être achetés en ligne dans la boutique Easy Trap.

Les espèces invasives les plus méconnues

Onze espèces de mouches de fruits ont déjà pu être identifiées :

  • Dacus bivittatus
  • Ceratitis capitata
  • Bactrocera dorsalis
  • Dacus ciliatus.
  • Dacus punctatifrons
  • Ceratitis Capitata
  • Ceratitis Rosa
  • Bactrocera Zonata
  • Dacus Demmerezi
  • Dacus Ciliatus
  • Bactrocera Cucurbitae

Une forte dominance de l’espèce invasive Bactrovera dorsalis a déjà pu être observée à toutes les saisons et dans tous le pays. C’est lors d’une saison chaude et humide que la densité des espèces de Tephritidae est plus importante. Par contre, les résultats ont montré une forte présence de Bactrovera dorsalis dans des régions humides et de basses altitudes, tandis que Ceratitis capitata, prolifère dans les régions sèches à altitude plus élevée. Nous pouvons donc en déduire un phénomène de séparation de nids entre ces deux espèces liées au uniquement climat. Le nombre exact d’espèces de mouche fruitières reste pour l’instant en suspend, chaque cycle de capture révèle de nouvelles prises.

 

Le cycle de la mouche fruitière

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier